Les aventures de Valentine et Valentin

Un couple Liégeois fort sympathique vous raconte ses pérégrinations au sein du candaulisme 😉

 

Merci à eux pour le partage de leur aventures sur mon mini blog sur le sujet 😉

5 réflexions au sujet de « Les aventures de Valentine et Valentin »

  1. Les liegeois
    Première aventure
    —————————
    Un soir, lorsque je suis rentré chez nous, Valentine était rayonnante comme jamais.
    Elle est venue m’embrasser et m’a susurré à l’oreille: « Ce soir tu vas être content, j’ai quelque chose de spécial à te raconter ».
    Je me suis douté que cela avait rapport avec ses petits jeux d’exhibition, mais j’étais loin d’imaginer ce qui allait suivre.
    Le repas terminé, nous avons regardé une série américaine. Ensuite passage à la douche puis direction notre lit. Quand elle est venue me rejoindre j’ai vite compris que la nuit serait chaude, torride.
    Elle avait enfilé sa plus belle nuisette qui, par transparence, me dévoilait qu’elle était nue dessous.
    Extinction de la lumière et, directement, sa main est venue flatter mon sexe. Tout en jouant avec elle a
    entamé le récit de son après-midi.
    – Comme tous les mercredis, je suis allée lire au parc. J’étais assise sur le banc en-dessous du saule pleureur afin de me protéger du soleil lorsqu’un homme est venu y prendre place également. Il m’a dit bonjour et je lui ai répondu en le regardant d’un oeil distrait. C’était un papy souriant et de belle allure.
    Je me suis replongée dans ma lecture et ai oublié sa présence.
    Quelques minutes plus tard il a entamé une conversation, rien que des choses ordinaires et des banalités.
    Faisant mine de ne pas bien m’entendre il s’est rapproché de moi. Et quand je dis « rapproché », c’était quasiment contre moi qu’il était, à peine une dizaine de centimètres nous séparaient.
    Nous avons continué notre bavardage et il s’est présenté: « Je m’appelle Pierre, je suis retraité depuis 2 ans et je viens d’emménagé dans le haut du quartier. Et vous, vous êtes du coin ? ».
    Je lui ai dit que j’habitais un peu plus loin et que je venais souvent au parc pour lire lorsqu’il fait beau.
    Mais sa conversation a vite pris une direction à laquelle je ne m’attendais pas de la part d’un homme de son âge. Il a commencé à me complimenter sur ma tenue et mon physique (Valentine portait ce jour-là une petite robe d’été courte et en tissu léger). Il m’a avoué que c’est la vue de mes sublimes (sic) jambes qui l’avait poussé à venir s’asseoir près de moi. Je l’ai remercié et il a dû prendre ma gentillesse pour une possibilité d’ouverture le concernant car il est devenu de plus en plus coquin dans ses propos et gestes.
    Tout en continuant à me complimenter, il a posé une main sur ma jambe droite comme si de rien n’était.
    Ahurie, je n’ai eu aucune réaction. Ne sachant que dire et que faire je suis restée muette et impassible.
    Il a dû croire à une acceptation de ma part et s’est enhardi. Sa main gauche a quitté ma jambe et est venue se poser sur mon épaule, tandis que la droite l’a remplacée. J’étais sidérée et essayais de me donner bonne contenance.
    Mon premier réflexe fut de regarder autour de nous si personne ne nous voyait, si aucune connaissance ne se trouvait là.
    Encore une fois je crois que, sans le faire exprès, je lui ai laissé croire que j’étais consentante.
    Cela a duré quelques instants pendant lesquels il n’arrêtait pas de me chuchoter des mots doux à l’oreille et caressait ma cuisse.
    Ensuite il s’est levé et m’a pris la main en me disant « viens ».
    Un peu perdue, je me suis levée et l’ai suivi. Me tenant par la main, il m’a emmenée au fond du parc puis m’a plaquée contre un arbre. Il s’est collé à moi et m’a donné de petits baisers tout en incrustant une main dans ma culotte. Il jouait avec mon clitoris et j’ai senti que je mouillais. Alors il m’a pénétrée de 2 doigts et s’est mis à me masturber. J’avais un peu peur, je tremblais à l’idée d’être surprise par quelqu’un, mais je n’arrivais pas à le repousser. J’ai pensé à toi, que dirais-tu ? Serais-tu fâché ou content ?
    Puis il a voulu m’embrasser à pleine bouche et ça je ne l’ai pas accepté.
    Je me suis dérobée de son emprise et lui ai demandé de cesser.
    WAOU !! Je ne m’attendais pas à cela ! Valentine avait eu une aventure !!
    Je bandais comme un âne à l’écouter, j’avais même éjaculé sans m’en rendre compte.
    Et alors, lui ai-je demandé.
    РAlors il a arr̻t̩ et nous avons quitt̩ cet endroit.
    Il m’a donné sa carte de visite et m’a demandé de lui téléphoner car il aimerait me revoir.

    A suivre

  2. Les liegeois
    L’amener petit à petit
    ——————————–
    Plusieurs années après notre mariage, et alors que tout fonctionnait bien entre nous, j’ai remarqué (ce qui a sûrement éveillé ce désir) qu’elle était souvent l’objet de regards concupiscents.
    Comme cela me plaisait, je l’ai discrètement encouragée à se vêtir de plus en plus sexy.
    Lorsque nous allions faire du shopping je l’incitais à choisir des tenues courtes, voire très courtes. Idem pour les bas et les collants, je l’orientais vers des couturés ou avec de petits motifs.
    L’effet escompté se produisit, les regards devinrent encore plus nombreux et insistants. J’adorais voir le désir dans les yeux des quidams qui la mataient, ça me mettait en chaleur. Quand nous faisions l’amour je repensais à telle ou telle situation et m’imaginait ces hommes l’abordant et la touchant.
    Un soir, alors que nous étions en plein préliminaires, je lui ai fait part de l’attention qu’un homme avait eue sur elle l’après-midi au centre commercial tandis que nous buvions un café dans un bistrot.
    Bien sûr j’en ai rajouté, je suis entré dans des détails imaginaires:
    – Il ne te quittait pas des yeux,
    РQuand tu d̩croisais les jambes il se contorsionnait pour mieux voir,
    – …
    Au fil du temps elle a commencé à y prendre attention et s’est aperçue qu’effectivement elle avait un certain succès.
    Elle s’en amusa et devint même aguicheuse, allumeuse. Parfois nous nous mettions d’accord et je la faisais marcher quelques mètres devant moi afin de laisser croire qu’elle était seule. Je vis souvent des mecs la suivre durant de longues minutes, se penchant lorsqu’elle était devant eux dans les escalators.
    Pareil aux terrasses de café, je m’installais à quelques tables d’elle. Quand elle voyait un coquin qui la matait, elle remuait sur sa chaise afin de m’avertir et, par la même occasion, faire remonter légèrement sa jupe.
    Le soir nous en parlions et ça nous émoustillait à tel point que nous finissions toujours par une partie de jambes en l’air.
    Mais quand on craque une allumette le bois prend feu ! Et la suite logique arriva.
    A suivre
    
  3. Les liegeois
    Notre tout premier pas vers le candaulisme.
    ______________________________________________

    Cela faisait longtemps que l’idée germait en moi et elle devenait obsédante.
     » J’avais envie de voir ma femme dans les bras d’un autre homme ».
    Mais comment le lui dire ? La chose était risquée et je ne voulais pas mettre mon couple en péril.
    En fait, je l’avais toujours désiré mais ne le savais pas. En effet, seulement quelques mois après notre mariage, j’avais demandé à un pote de la séduire et je lui avais donné carte blanche.
    Comme convenu il était venu « innocemment » chez nous un soir où je travaillais.
    Elle l’avait reçu et, comble de chance, se trouvait habillée sage mais sexy (comme toute jeune femme coquette, jupe courte).
    Mon pote était plutôt beau gosse, peu de filles lui résistaient.
    Il l’a draguée et elle s’est un peu laissée aller.
    Malheureusement ce fut un semi-échec, ou semi-réussite, à vous de voir.
    Elle a flirté quelque peu avec lui, acceptant d’être embrassée et caressée.
    Mais elle a refusé catégoriquement de faire l’amour et il a dû se contenter d’une fellation.
    Il est revenu quelques fois ( à ma demande), mais n’a jamais plus rien obtenu.

    Après ça, plusieurs années se sont passées avant que mes véritables envies de candaulisme ne viennent titiller mon esprit coquin.
    Cela va vous étonner, mais je croyais qu’il serait plus difficile de la convaincre.
    Et à ceux qui se disent que cela casse le couple, je suis toujours marié et heureux avec ma femme.
    Nous avons vécu cette période candauliste durant plus de 10 ans et avons cessé il y a 8 ans.

    Bientôt je vous raconterais quelques-unes de nos rencontres.
    PS: Nous ne pratiquons plus, inutile de faire une demande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*